Mexique : une journée dans la réserve de Sian Ka’an

Et si nous reprenions la route, direction le Mexique ? J’ai encore plusieurs beaux endroits à vous montrer, de beaux souvenirs de voyage à partager. On poursuit avec le récit d’une journée inoubliable dans les environs de Tulum, dans l’état de Quintana Roo. Si je commençais par vous dire que son nom signifie « origine du ciel » en langue maya ? Ce nom est tellement poétique, vous ne trouvez pas ? Je trouve que c’est une belle entrée en matière. Venez ! Ce cadeau du ciel qu’est l’incroyable réserve de la biosphère de Sian Ka’an n’attend pas. Bienvenidos al paraíso  シ !

reserve-sian-kaan-mexique-barques_blog detours du monde

Nous avons choisi de visiter la réserve de biosphère de Sian Ka’an sur une journée avec une agence locale. Je vous en reparle en fin de billet ! Ce lieu est extraordinaire pour un fait tout simple : c’est un condensé des principaux écosystèmes du sud du Mexique. Dans le désordre : savane, marécages, forêt tropicale basse, lagunes, baies, mangroves et mer ouverte. Le site est un conservatoire de la faune et de la flore classé au patrimoine naturel de l’Unesco depuis 1987. mexique-yucatan-reserve-sian-kaan_blog detours du monde

Notre aventure démarre à proximité du petit hameau de Muyil où nous attend notre bateau. La réserve se compose de plusieurs lagunes de tailles différentes et de nombreux canaux la traversent. Comme l’indique l’Unesco sur la page dédiée à Sian Ka’an : « Les vastes étendues de forêts denses, les mangroves et les marais sont difficiles d’accès, et la pauvreté des sols, la vulnérabilité aux tempêtes et aux inondations ont contribué à préserver cette mosaïque d’écosystèmes ». Comme quoi, la nature fait souvent très bien les choses !

mexique-reserve-biosphere-sian-kaan_blog detours du monde

Aujourd’hui, nous allons naviguer dans la lagune de Chunyaxché, le long des canaux, à bord d’une lancha de pêcheur – une embarcation généralement en bois et parfois à moteur -, puis nous mettre à l’eau pour nous laisser dériver pendant une petite demi-heure (voir photo plus bas). Cette étape de l’excursion à Sian Ka’an m’avait tout de suite séduite sur le papier. Elle s’est révélée être le point fort de cette escapade dans la réserve. Avant d’amorcer la dérive le long des canaux, avec notre gilet de sauvetage en guise de bouée, nous jetons un œil à cette ruine maya perdue au beau milieu de la réserve. Ce vestige prouve bien que des villages comme Muyil, situés à la croisés de routes, étaient jadis des centre de commerce importants – les canaux servant à acheminer les marchandises transitant par la mer des Caraïbes vers les cités de l’intérieur.

yucatan-reserve-sian-kaan-temple-maya_blog detours du monde

Seuls au monde dans un paradis vert (fluo) et bleu éclatant, nous commençons lentement à nous laisser dériver… Notre petit groupe étant un peu bavard, nous prenons un peu d’avance pour mieux profiter de l’instant présent. Et écouter le silence, tout simplement. L’eau est limpide et tiède. Les couleurs sont spectaculaires. Quel bonheur ! Les images qui suivent parlent d’elles-mêmes…

yucatan-reserve-sian-kaan-barques_blog detours du monde canal-reserve-sian-kaan-quintana-roo-mexique_blog detours du monde yucatan-reserve-sian-kaan-mangrove_blog detours du monde

reserve-biosphere-sian-kaan-mexique_blog detours du monde

mexique-reserve-sian-kaan-jeune-mangrove_blog detours du monde

Après la mangrove et l’eau couleur de jade, nous arrivons sur la plage de sable fin immense et déserte de Boca Paila. Deuxième moment grisant de la journée ! La pause sera de courte durée, juste le temps de se rafraîchir, de caresser le sable chaud et de sauter dans les vagues.

reserve-sian-kaan-plage-boca-paila-mexique_blog detours du monde plage-boca-paila-reserve-sian-kaan-mexique_blog detours du monde

Nous reprenons le bateau avec un objectif : apercevoir un crocodile territorial. Ce n’était pas notre jour. Rien, pas un mouvement à l’horizon ! canal-reserve-sian-kaan-mexique_blog detours du monde reserve-sian-kaan-caraibes-mexique_blog detours du monde sian-kaan-reserve-mexique_blog detours du monde ponton-reserve-sian-kaan-mexique_blog detours du monde

Oh, les jolis lots de consolation ! Nous passons près du nid de l’aigle pêcheur et surprenons la femelle aux aguets. Elle attendait sans doute le mâle parti faire quelques emplettes dans les environs… Un peu plus loin, sur la lagune : plusieurs pélicans sont perchés sur la mangrove. Dans la lagune, à l’endroit où eau douce et eau salée se rencontrent, nous avons même la chance d’apercevoir deux ou trois lamantins depuis notre petit bateau. Pour ne pas les effrayer, la lancha ne les approchera pas trop, je n’ai donc pas de belle image à vous montrer. reserve-sian-kaan-mexique-aigle-pecheur_blog detours du monde pelican-reserve-sian-kaan-yucatan_blog detours du monde

Si vous souhaitez découvrir une autre facette de la réserve de Sian Ka’an, optez pour l’itinéraire terrestre. Vous pourrez explorer la vaste étendue marine traversée par une longue barrière de récifs peuplée de poissons tropicaux, de coraux et autres mammifères marins (le lamantin des Antilles par exemple). Le paradis sur Terre !

Bon à savoir

– La réserve de Sian Ka’an commence au sud de la zone hôtelière de Tulum (à une quinzaine de kilomètres environ). Le site se visite en voiture (ou 4×4 pendant la saison des pluies). Il faut savoir que vous roulerez  pendant 1h30 (soit 56 km) à travers la jungle, sur de la piste, jusqu’à atteindre le village de Punta Allen. Pour réaliser le même itinéraire que moi, lisez ce qui suit. – Je ne vais pas citer l’agence qui nous a emmenés dans la réserve de Sian Ka’an pour ne pas faire d’ombre aux autres agences locales d’une part, et d’autre part, parce que je pense qu’il en existe certainement de meilleures. Je vous conseille juste de passer par des professionnels (il en existe des francophones) pour réaliser cette journée-découverte le long des canaux et sur la lagune de Sian Ka’an. En effet, il faut s’adresser à des pêcheurs locaux pour naviguer dans la réserve. Une bonne façon de soutenir l’emploi local ! – Prévoir : maillot de bain, chapeau, lunettes de soleil et crème solaire bio – beaucoup de crème solaire ! Pour ne pas endommager la faune et la flore, il est impératif d’appliquer de la crème solaire bio. Dans cette région du Mexique, le climat est tropical humide. La réverbération augmente la quantité d’UV reçue par la peau et les yeux. Un méchant coup de soleil est vite arrivé. – Ne faites pas comme moi, emportez une petite paire de jumelle et une petite caméra si vous en avez ! Plus de billets sur le Mexique :